Vacances ou illusion ?

coucou ! je tenais à parler aujourd’hui du mot vacances, ce que ce mot exprime pour vous…. on rentre tous ou presque de vacances, bon mais est ce que vous vous sentez vraiment reposés ? beh moi non ; car en fait les vacances c’est une illusion. Les vacances, nous sommes bien d’accord est une période où l’on ne travaille pas, où on se déconnecte du boulot, de l’ordi, des mails et des appels téléphoniques professionnels…. est ce que c’est vraiment la réalité ? non, ce n’est pas la réalité, à peine arrivé sur le lieu de vacances que fait- on ? beh on prend une photo, on pose devant la mer pour vite le mettre sur insta ou facebook. Alors il est où le repos et les vraies vacances ? seriez-vous prêts à partir sans portable, sans ordi et tout le reste ? .-)

Les congés, opportunité de faire le vide absolu ? Loin de là. Si elles permettent (aussi) de décompresser, nos vacances n’ont jamais été aussi actives.
« Le farniente est une merveilleuse occupation. Dommage qu’il faille y renoncer pendant les vacances, l’essentiel étant alors de faire quelque chose », écrivait l’écrivain français Pierre Daninos en 1958 dans Vacances à tout prix, en regrettant l’oisiveté assumée des bourgeois du XIXe siècle dans leurs villégiatures. Avec l’instauration des premiers congés payés par le Front populaire en 1936 – deux semaines, portées à cinq semaines en 1982 –, puis la mise en place des 35 heures, les Français n’ont jamais eu autant de temps libre… Et ce temps libre n’a jamais été aussi actif !
Une conquête encore récente
« Des vacances où l’on ne fait rien, cela n’a jamais existé », affirme le sociologue Jean Viard1, spécialiste du sujet et auteur du livre Le Triomphe d’une utopie. C’est une période où l’on sort du quotidien, où l’on vit donc de nouvelles expériences et des interactions sociales différentes. C’est, notamment, un moment privilégié pour l’affectif. « On consolide la famille », met en avant le sociologue, qui rappelle que « beaucoup de couples ne se voient pratiquement plus le soir ». Autre enjeu des vacances : elles sont une retraite de la vie ordinaire. « Le vacancier va acquérir une nouvelle expérience qu’il va pouvoir confronter avec sa vie au retour », explique le sociologue. C’est notamment très important pour les enfants qui y apprennent la mobilité – comment prendre le train par exemple – et s’approprient une culture du voyage. Ils auront ainsi moins peur de l’inconnu et partiront par la suite plus facilement à la découverte du monde. D’un point de vue strictement économique, les vacances servent enfin à garantir l’efficacité des travailleurs. “Faire des ruptures est nécessaire à la productivité, indique Jean Viard. Croire qu’on produit beaucoup parce qu’on travaille beaucoup est une absurdité.” C’est également pendant cette période que le salarié consolide certaines compétences indispensables dans la vie professionnelle : utilisation d’Internet et des réseaux sociaux, par exemple, ou pratique des langues étrangères pour ceux qui partent à l’étranger…